Le shérif Marlin Gusman reprendra le contrôle de la prison

Ce qui suit est un extrait d’un article écrit par Nicolas Chrastil et publié le 5 août, 2020 dans le journal The Lens. Pour lire l’article en anglais, cliquez icitte.

Traduction par Sam Craft pour New Niveau.

Le shérif de la paroisse d'Orléans Marlin Gusman. Photo par Charles Maldonado pour The Lens.

Un juge fédéral a décidé mercredi que le contrôle quotidien de la prison de la Nouvelle-Orléans devrait être restitué au shérif Marlon Gusman. La décision vient après quatre ans pendant lesquels Gusman, qui a été élu, a été mis à l’écart et un “directeur de la conformité” de nomination fédérale dirigeait le prison.

En mai, Gusman a demandé au tribunal de mettre fin à la poste de directeur de la conformité, qui a été crée en 2016 après que son administration a échoué à montrer des progrès adéquats pour répondre aux dispositions d’un jugement d’expédient fédéral de 2013, censé de rendre la prison — en proie à la violence, à la pénurie de personnel, et aux soins inadéquat pour les personnes incarcérés — en conformité avec la constitution des États-Unis.


Gusman a accepté de déménager à l’époque comme un règlement avec le département de la Justice des États-Unis — un plaignant dans le procès du jugement d’expédient fédéral contre le bureau du shérif — qui avait demandé que la prison soit mise sous séquestre fédéral. Gary Maynard, le premier directeur de la conformité, a démissionné en 2018. Darnley Hodge, qui faisait anciennement partie de l’équipe nommée pour surveiller la conformité de la prison selon le jugement d’expédient, a occupé le poste depuis lors.

Aucune des autres parties dans le litige, y compris le département de la Justice, des avocats des droits civils pour les plaignants incarcérés, la ville de la Nouvelle-Orléans, ni Hodge se sont opposés à la motion de Gusman de reprendre le contrôle.


Pedant sa décision, le juge da la Cour de district des États-Unis Lance Africk a mis l’accent sur un rapport récent du surveillant de la prison qui, pour la première fois, a trouvé que la prison a été au moins partiellement en conformité avec tous les 174 mandats contenus dans le jugement d’expédient. Africk a appelé les progrès faits par la prison “pas un mince exploit.”

Mais Africk a averti que il y avait encore du travail à faire. Il a noté que il y avait encore “des incidents notables de la violence qui doivent être abordés,” et qu’il y avait un manque de soins médicaux et mentaux, surtout pour des femmes.

“Il y a beaucoup de raisons d’être optimiste que les exigences du judgement d’expédient seront atteintes, et que des progrès seront faits,” Africk a écrit. “Cependant, tout comme le conte des habits neufs de l’Empéreur de Hans Christian Andersen, nous ne devrions pas nous leurrer ni omettre de faire entendre la voix quand nous savons la vérité; il y a encore du travail fondamental à faire.


La décision entrera en vigueur à une date qui reste à déterminer après consultation avec Gusman et Hodge, a écrit Africk.

Un porte-parole pour le bureau du shérif n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

LNOCover.png

BECOME A SPONSOR

Let people know your business is working to keep French alive in Louisiana.

Cajun Fiddle Covers.png
BEINCOOL.png
SLF.png

Subscribe to Our Newsletter

Company

Platform

Contact

Follow Us

  • Facebook
  • Instagram
  • Twitter
  • YouTube
  • LinkedIn

© New Niveau 2020 | NewNiveau.com