La culture vs la covid: DJ Soul Sister, Tipitina's, d.b.a., et Maple Leaf exigent une preuve de vax



Quelques salles de spectacle à la Nouvelle-Orléans ont pris l'initiative d'exiger soit une carte de vaccination soit un test négatif pour la covid pour chaque membre du public. Tipitina's, d.b.a., et Maple Leaf Bar se sont unis dans cet effort, d'après une communiqué de presse coopérative. Cette mesure inclut mais va au-delà du règlement récemment mandaté par le gouverneur de le Louisiane qui stipule simplement le port des masques dans des espaces intérieurs publics.


Cette nouvelle politique de montrer au videur une preuve de vaccination ou un certificat de bonne santé que ces salles de spectacle ont mise en place est soutenue par les données fournies par les Centres pour le contrôle des maladies (les CDC) et diffusées par le Dr Vivek Murthy, l'administrateur de la santé publique des États-Unis. Selon ces données, 99,5% des cas mortels de la covid aux États-Unis sont parmi des personnes non vaccinées.


Le variant delta a conduit à une inquiétude croissante et les hospitalisations ont augmentées. Selon le département de la Santé de la Louisiane, les derniers jours ont amené plus de 6 500 nouveaux cas par jour, dont plus de 1300 par jour ont nécessité une hospitalisation au niveau de l'État. Le 1er août, 1 984 personnes on dû être hospitalisées en Louisiane à cause de la covid.


La communiqué de presse que les salles de spectacle ont distribué souligne les soucis de ces bars et de la communauté culturelle ils représentent à la Nouvelle-Orléans, disant que "Nous restons déterminés à offrir une atmosphère et une subsistence sûres et agréables à tous les artistes, employés et partisans des spectacles en direct et remercions tout le monde pour leur contribution à ces efforts d'atténuation en ce moment."



Source: djsoulsister.com


DJ Soul Sister (de son vrai nom Melissa Weber) avait originellement pionnié l'effort à la Nouvelle-Orléans de requérir une preuve de vaccination à ces spectacles hebdomadaires au Hi-Ho Lounge au mois de juillet. Ses fêtes de danse sont un incontournable de la vie nocturne par ici. Lors d'un entretien avec Keith Spera de Nola.com, elle a affirmé que "tout ce qui compte à mes fêtes c'est la joie. Je ne veux plus l'ombre de la mort peser sur mes fêtes."


Mots-clés :