Le mandat II : le retour des masques


 
 

Ce matin le mandat de masque à l’intérieur retourne. Le gouverneur John Bel Edwards l’a annoncé lundi après-midi, un effort pour combattre cette quatrième vague du virus.


Pour nous à la Nouvelle-Orléans, on était déjà sous ce type de mandat. La maire, LaToya Cantrell, l'a institué vendredi passé, seulement neuf jours après qu’elle a annoncé une recommandation de masque. Elle a aussi mandaté la vaccination des employé·e·s et des contractuel·le·s de la ville.


Le mandat étatique requiert le port d’un masque par les gens qui ont cinq ans ou plus, ou ceux inscrits à la maternelle, à l’intérieur sauf chez eux. On doit porter un masque si on est vacciné·e ou non. Le port par les enfants de deux à quatre ans est fortement recommandé, même s’il n’est pas obligatoire. Le mandat restera en place jusqu’au plus tôt le premier septembre.


Ce nouveau mandat est à cause de la résurgence des cas de la covid à la Nouvelle-Orléans et, plus généralement, en Louisiane. Vendredi, quand le mandat de la Nouvelle-Orléans a été annoncé, plus de 1 700 personnes étaient hospitalisées à cause de la covid. Lundi, avec l’annonce du mandat étatique, il y en avait 1 984. Hier, il y en avait 2 112, avec 222 en réanimation : cela est le plus grand chiffre quotidien d’hospitalisations liées à la covid rapporté pendant toute la pandémie. Comme résultat, les hôpitaux sont complets et surchargés.


À Varsovie en Pologne, d'art de la rue

Selon la directrice du département de la santé de la Nouvelle-Orléans, Dre Jennifer Avegno, le taux de transmission est alarmant et le taux de vaccination inadéquat. Ces deux choses en ensemble ne laissent pas d'autre option que le mandat pour la mitigation du virus.


Les non-vacciné·e·s représentent 89 % des hospitalisations dans l'État. Vendredi passé, 97 % des gens hospitalisés étaient des non-vacciné·e·s. Avec une population louisianaise résistante de vaccination, le nombre de cas continuera d’augmenter. Seulement 41,5 % de la population a commencé la série de vaccinations. Cette résurgence est dite d’être causée par le variant Delta.


L’efficacité du vaccin n’est pas un fait possible de débattre, selon les experts, mais c’est aussi nécessaire de voir ce qui se passe avec une optique historique et économique. Par exemple, les personnes afro-américaines sont sur-représentées dans les cas et les morts dans presque toutes les paroisses. Elles sont aussi sous-représentées dans les chiffres de vaccination. La confiance aux vaccins est typiquement faible en comparaison avec les gens blancs à cause des expériences faites contre eux, comme l'étude Tuskegee sur la syphilis en Alabama qui a démarré en 1932 et qui a conclu en 1972.


Pourtant, il y a aussi des limites de la disponibilité des gens à cause de leurs emplois. S’ils n’ont pas la sûreté financière ou la sécurité d’emploi de prendre quelques jours de maladie à cause des effets secondaires du vaccin, il n’est pas encore possible pour eux de le prendre. Le vaccin a beau être gratuit, ses effets ont des coûts. Ce n’est pas à dire qu’il n’y a pas d'espoir : le taux de vaccination est deux fois plus élevé qu’il y a deux semaines.


Pour trouver des informations sur des vaccins, allez à vaccines.gov, ou téléphonez 1-855-453-0774.


 

Ressources :

https://gov.louisiana.gov/index.cfm/newsroom/detail/3301

https://ready.nola.gov/incident/coronavirus/safe-reopening/

https://ldh.la.gov/Coronavirus/

https://www.wbrz.com/news/propelled-by-new-covid-surge-louisiana-continues-weeks-long-vaccination-boom/

https://www.wwltv.com/article/news/health/coronavirus/coronavirus-numbers/louisiana-hits-highest-number-of-covid-hospitalizations-ever/289-ca25e30b-bc89-49f2-921f-ac2fc72bad23