La Fondation Nous

Entreprises Francophones



Ici chez New Niveau, on cherche à mettre en avant les organisations et les individus qui travaillent à renforcer les communautés linguistiques minoritaires en Louisiane, surtout notre communauté francophone.


On a eu la chance de parler avec Scott Tilton, un des fondateurs de la Fondation Nous à la Nouvelle-Orléans. Ce qui suit est un résumé de notre conversation.


Scott Tilton, Cofondateur et Président de la Fondation NOUS
Scott Tilton

Scott nous a parlé un peu de son héritage, de sa connexion avec le français, et de pourquoi il a commencé cette organisation. Selon Scott, les cultures francophones et nos connexions avec elles sont importantes, même s’il n’y a pas une connexion familiale d’origine cadienne ou créole. La chose la plus importante est qu’il y a des personnes qui apprennent le français et le créole en Louisiane aujourd’hui. C’est la connexion avec la culture qu’on nourrit. Sa famille parle français et son grand-père était de la Nouvelle-Ibérie. Grâce à cela, son père utilisait quelques mots pendant sa jeunesse qui sont d’origine franco-louisianaise même si la famille parlait principalement le français métropolitain.


Rudy Bazenet, Cofondateur et Vice-Président de la Fondation NOUS
Rudy Bazenet

Pendant notre conversation, Scott utilisait le terme « français métropolitain, » et non le terme « français standard. » Quand on lui a demandé pourquoi, il a dit que c’est pareil avec l’anglais britannique et l’anglais américain, mais qu’il n’est pas possible de l'appeler « français français, » à cause du français lui-même. C’est le même nom et adjectif, donc le terme « français métropolitain, » est ce qu’il utilise. De cela, un fait qui peut être considéré intéressant est que les grands-parents de Rudy utilisaient parfois le mot 'asteur,’ un incontournable du français louisianais. Il n’est pas grâce à sa connexion ici, c’est parce que sa famille est de Vendée en origine. Le français est compliqué, elle n’est pas une langue uniforme, même en matière du français ‘métropolitain.’


Il y a une obligation, selon lui, d’enseigner l’existence et l’histoire du français louisianais et du créole louisianais n’importe s’il se passe dans un système éducatif français ou louisianais. Sans certaines connaissances historiques, il est difficile de comprendre pourquoi on enseigne le français ici et quelle est son importance en Louisiane. Il croit aussi que c’est possible pour les gens d’apprendre les différentes formes du français après qu’ils sont assez compétents d’avoir la capacité de se tenir professionnellement en français d’une manière plus mondiale. Néanmoins, il ne devrait pas être les personnes avec le sentiment de honte autour de leurs accents et dialectes régionaux.

Lancée en juin 2020, la Fondation Nous est parvenue à développer sa visibilité et ses activités en dépit de la pandémie, en s’appuyant sur les outils numériques. En fait, les cofondateurs ont passé 14 jours à Dubaï à cause de la pandémie pendant leur voyage de retour aux États-Unis. Pourtant, ils ont créé une association à but non-lucratif avec succès. Il nous a dit qu’il n’était pas vraiment difficile de l’avoir fait, sauf le décalage horaire. Beaucoup de choses sont en ligne, et avec les logiciels comme Zoom et les restrictions de la pandémie il a fonctionné. Il nous a dit aussi que la fondation semblait un peu abstraite à cause de cela, donc, être ici, c’est mieux.

La fondation est un des deux membres aux États-Unis du Réseau International des Maisons de la Francophonie (RIMF). L’autre est aussi en Louisiane, à Lafayette : le CODOFIL. Le RIMF a été fondé en septembre 2020 par 34 groupes, incluant ces deux. L’objectif du RIMF est de promouvoir le français et la francophonie partout dans le monde. Les présidents sont basés à Lyon, Christian Philip, et à Québec, Michel Robitaille.

L’un des objectifs de la fondation est de créer un centre culturel ici à la Nouvelle-Orléans pour les francophones et les créolophones. Scott a dit que c’est possible que ce projet soit lancé au début de l’année prochaine. Avoir un centre physique où ces communautés peuvent se rencontrer régulièrement sera très utile en encourageant des communautés francophone et créolophone ici. Cet espace sera dédié à ces langues et ces cultures. Il renforcera ce qui se passe en dehors de l’institut, dans les music-halls et les autres espaces qui existent déjà ici. En faisant cela, la fondation soutiendra ces cultures. Ils veulent qu’il y ait un café, un magasin, et un espace d’exhibition.

On a aussi discuté des playlists qui existent sur Spotify et qui ont été créées par la fondation. « Apéro à Paris, » inclut pour la plupart des chansons que Scott et Rudy ont écouté pendant qu’ils faisaient leurs apéros à côté de la Seine. « Louisiane Chèr, » a été créé en collaboration avec des groupes et des artistes locaux pour souligner les artistes francophones et créolophones.

« Multilingual State of Mind, » rassemble des sons innovateurs faits par des personnes qui parlent d'autres langues et qui sont de cultures différentes. C’est un mélange intentionnel de cultures, de langues, et de genres.


Si vous voulez en savoir plus sur la Fondation Nous et ce que Scott fait, vous pouvez visiter NousNola.org. Le site web est accessible en anglais, en français, et en créole.