À la mémoire de Louis Armstrong, cinquante ans plus tard


Louis Armstrong en 1947


L'Aéroport international Louis Armstrong de La Nouvelle-Orléans, le parc Armstrong, et le Satchmo Summerfest ne sont que quelques-uns des symboles de l'importance de Louis Daniel Armstrong à sa ville natale. On ne saurait surestimer la marque indélébile que "Satchmo" a laissé sur le monde de jazz, sans parler de la culture populaire en général. On a rarement vu un musicien noir de son époque pouvoir parvenir au niveau de nom connu dans tous les foyers. Toutefois, depuis sa mort le 6 juillet 1971, on peut dire sans trop s'avancer qu'il atteindra un statut légendaire.


La Nouvelle-Orléans


Louis Armstrong naît le 4 août 1901 à la Nouvelle-Orléans, fils de Mary Albert et William Armstrong. Leur maison se situe dans une section du voisinage "Backatown" bien connue pour la violence et les vices. William quitte la famille, Mary se livre à la prostitution pour s'en sortir, et Louis est envoyé vivre chez sa grand-mère Joséphine.


À l'âge de sept ans, Louis est officieusement adopté par la famille Karnoffsky, des juifs d'origine russe qui découvrent le jeune Louis sur la rue et qui auront un effet profond sur lui, y compris lui donnant de l'argent pour son premier cornet. Adolescent, Louis a des ennuis et finalement se fait arrêter à l'âge de 11 ans après avoir tiré un pistolet dans l'air pour célébrer le Nouvel An. Ce tir finira par être le coup d'envoi d'une carrière historique.


C'est comme détenu au Colored Waif's Home qu'il affûte ses compétences de cornettiste. Après sa libération, il trouve du travail jouant dans des bars de Storyville, l'ancien quartier chaud derrière le Vieux Carré de la ville. Bientôt, Armstrong rejoint les groupes de Fate Marable et Kid Ory, se faisant connaître avec son style d'improvisation, à la fois comme chanteur et comme instrumentiste.


Chicago


En 1922, Armstrong décide de suivre son idole King Oliver et la vague de musiciens noirs migrant en amont jusqu'à Chicago en plein essor. Il gagne bien sa vie avec le King Oliver Creole Jazz Band, avec qui il fait ses premiers enregistrements dans le studio en 1923. Armstrong rencontre sa future femme Lil Hardin, pianiste du groupe de King Oliver, qui, non satisfaite du traitement de son beau malgré son immense talent, l'encourage de chercher des opportunités plus fructueuses.



New York et le monde


Louis reçoit une invitation en 1924 de jouer à New York avec l'orchestre de Fletcher Henderson, le groupe noir le plus célèbre aux États-Unis. Sa notoriété continue à grandir, conduisant à des collaborations avec Sidney Bechet, Clarence Williams, et Ma Rainey, entre autres.


Il retourne à Chicago pour faire des enregistrements en tant que Louis Armstrong's Hot Five et Louis Armstrong's Hot Seven, notamment Struttin' With Some Barbecue et Heebie Jeebies, ce dernier étant le premier exemple populaire du style de chant improvisé appelé le "scat".


En 1929, Armstrong revient à New York et a des grands succès avec des chansons par Fats Waller (Ain't Misbehavin') et Hoagy Carmichael (Lazy River). Armstrong passe les années 1930 en tournée à travers le monde et jouant dans plusieurs films.



Armstrong s'installe à New York pour de bon en 1943. Il y a, dans les années 1940, une résurgence du jazz traditionnel qui revigore sa carrière. Son nouveau groupe retro du style Dixieland, "Louis Armstrong and His All Stars" fait fureur. Bien qu'Armstrong enregistra des morceaux de pop (Hello Dolly! en 1964 et What a Wonderful World en 1967), il restera un puriste en ce qui concerne la nature du jazz, dénonçant le bebop et tout jazz moderne. Hello Dolly!, pour sa part, atteindra la tête des charts en 1964, détrônant The Beatles dans le processus.


Décès


Armstrong continue de jouer et chanter régulièrement bien au-delà de ses 60 ans et malgré des problèmes de santé. En 1970, il subit une crise cardiaque qui l'empêche de reprendre les travaux. Louis Armstrong meurt d'une deuxième crise cardiaque dans son sommeil le 6 juillet 1971 chez lui à New York à l'âge de 69 ans. Son corps repose dans le cimetière de Flushing, Queens à New York.


Sources:

https://www.linternaute.fr/musique/biographie/1777438-louis-armstrong-un-jazzman-de-legende-a-la-vie-trepidante-biographie-courte/

https://www.neworleans.com/things-to-do/music/history-and-traditions/louis-armstrong/

https://gonola.com/things-to-do-in-new-orleans/history/nola-history-backatown-and-the-evolution-of-new-orleans-neighborhoods

https://www.francemusique.fr/personne/louis-armstrong