Together New Orleans : Qu'est-ce Qu'elle Fera ?

Le premier rassemblement de toute la ville

 
 

Mardi soir, le 13 juillet, Together New Orleans a animé le premier rassemblement de toute la ville dans la chapelle de Lawless Memorial à l’université Dillard. Son objectif est de mettre notre ville sur un chemin de faire plus que tout simplement un “retour à la normale”. Presque 1 000 personnes, représentant plus de 50 organisations communautaires, comme Crescent Health Center, HousingNOLA, AFL-CIO (fr : la Fédération de Travail et le Congrès des Organisations Industrielles / en : American Federation of Labor and Congress of Industrial Organizations), et l’Église EMA (Épiscopale Méthodiste Africaine / en : African Methodist Episcopal / AME), ont assisté à ce rassemblement.


Au début, il y avait des présentateurs comme le révérend Gregory Manning de la Broadmoor Community Church qui a dit que tous les groupes là devraient former un nouveau groupe, un qui essayerait de, par exemple, démanteler le racisme systémique et de combattre le changement climatique. C’est-à-dire que c’est l’heure de construire quelque chose, pas de seulement discuter les problèmes. Le Représentant Troy Carter a assisté au rassemblement aussi, déclarant sa soutenance du mission de Together New Orleans. Il a dit que, “le Dieu a créé une race, et nous les imbéciles avons créé le reste.”


Pendant le rassemblement il y avait six problèmes que Together New Orleans voulait résoudre qui portent sur: les facteurs de services publics (comme l'électricité et le gaz), le travail et les salaires, la pollution et le climat, le coût du logement, la violence armée et la justice pénale, et la justice de langage. L’un des principes d’organisation fondamentaux de Together New Orleans est d’avoir des “séances de la maison,” où les personnes peuvent raconter leur histoire, et c’est en utilisant ce qu’ils y apprennent que l’organisation décide ce qu’elle fera.


Les factures de services publics coûtent, typiquement, environ 3 % du revenu d’une famille – néanmoins plus de 18 200 familles à la Nouvelle-Orléans utilisent 20 % ou plus de leur revenu à payer les factures de services. La Nouvelle-Orléans est l’une des deux villes aux États-Unis qui réglementent les services publics au niveau local.


Le travail et les salaires étaient discutés en référence au manque de loyauté par les employeurs des entreprises, particulièrement quand l’employée a eu un accident, mais aussi en référence à la diminution du revenu moyen des familles afro-américaines et hispaniques. Depuis 1979, une fois corrigé de l’inflation, le revenu de ces familles a diminué d'environ $5 000 par an ici. De plus, aujourd’hui environ 40 % des entreprises ici appartiennent à des afro-américain·e·s, une augmentation de 21 % depuis 1979, mais le pourcentage des tickets de caisse reçu par ces entreprises pendant cette période reste à 2 % des tickets de caisse total.

 
 

Les effets de la pollution et du changement climatique, spécifiquement l’effet sur la santé des jeunes des minorités raciales, étaient aussi discuté. Un enfant afro-américain sur six souffre de l’asthme – c’est plus de deux fois plus que le taux des enfants blancs. Le coût de logement a forcé des familles de quitter la Nouvelle-Orléans, de quitter leur famille élargie et leur système de soutien. Quand la violence armée et la justice pénale étaient discutées, c’était dit que les enfants n’ont pas besoin faire partie de la violence et de la crime, et que les problèmes qui viennent avec la pauvreté aggravent leur sentiment d’appartenance. Une mère a dit qu’on doit avoir la justice pour tous et on doit retirer les armes illicites de la rue.


La présentation de la justice de langage était faite en espagnol, avec les traductions faites par la fille du présentateur, qui a seulement 13 ans. Le présentateur a discuté les défis qui se posent quand on n’est pas anglophone ici et à quel point c’est difficile de devenir une partie d’une communauté lorsqu’il existe cette barrière linguistique.


Together New Orleans est une alliance des congrégations religieuses et des associations communautaires dans la grande région de la Nouvelle-Orléans. L’alliance dit qu’elle traverse délibérément les lignes de race, de religion, de voisinage, et d’appartenance politique. Elle est une association non-partisane qui fait attention aux problèmes affectant des familles et des communautés. Elle n'a pas d’organisation en ce moment, mais cela sera décidé à la fin de l’année. Les organisations ont exprimé leurs besoins monétaires mardi soir, affirmant que l’argent indépendant est nécessaire pour l’action indépendante.


Together New Orleans fait aussi partie de l’Industrial Areas Foundation (IAF), le plus vieux et plus grand réseau d’organisations aux États-Unis. Il y a plus de 65 associations de l’IAF ; ils existent à Baton Rouge, à Alexandrie, et à Shreveport-Bossier.