La Louisiane et le changement climatique : JBE à COP26

La 26e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, aussi appelée COP26, se passe maintenant à Glasgow, en Écosse. Elle a commencé le 31 octobre et dure jusqu'au 12 novembre. John Bel Edwards, comme partie de son engagement de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la Louisiane, y est allé.


Edwards a dit que, « Aucun État dans notre nation n'est plus affecté par le changement climatique que la Louisiane, mais c’est aussi vrai qu’aucun État n’est mieux positionné d’être partie de la solution qui affronte notre monde. » En assistant à la conférence à Glasgow, il a eu la chance de rencontrer des personnes de partout dans le monde, représentant des gouvernements différents, mais aussi des entreprises et des secteurs du mouvement d'énergie renouvelable.


Edwards a fait partie des discussions à COP26 avec beaucoup de leaders, comme le premier ministre du pays des Galles, Mark Drakeford ; l'Envoyé spécial des États-Unis pour le changement climatique, John Kerry ; les gouverneurs du Nouveau-Mexique et de la Californie. Il a aussi parlé avec l'Environmental Defense Fund. Ces leaders veulent achever les buts de l’Accord de Paris, adopté en 2015.


La Louisiane est une leader dans le secteur d’énergie non renouvelable, mais on sait déjà que ce secteur est limité. Le secteur d'énergie renouvelable est le futur, et nous pouvons recouvrer des travaux perdus comme des entreprises investissent moins aux industries des combustibles fossiles traditionnels – des travaux essentiels pour l’économie louisianaise. En ce moment, la Louisiane est l'état qui émet le plus d’émissions de GES par habitant partout dans le pays.


Edwards aspire à réduire nos émissions de GES à nette zéro avant 2050. Des projets, comme avec l’un pour créer blue hydrogen avec l’entreprise pennsylvanienne Air Products dans la paroisse Ascension, aideront dans ce but. En faisant ces actions publiquement, Edwards a confiance au fait que le prochain gouverneur ne sera pas capable de défaire ses engagements à l’énergie renouvelable pour la Louisiane.


Il a été noté par Hakai Magazine, une publication canadienne, et aussi par l’organisation louisianaise Restore the Mississippi River Delta, que l'État a perdu plus que 2 000 milles carrés de terre pendant les 80 dernières années. À cause des levées et des barrages sur le fleuve Mississippi, il n’y a plus assez de sédiments qui arrivent pour maintenir nos marécages. Tout cela exacerbe les problèmes des inondations et de la hausse du niveau de mer, deux sujets discutés à COP26.


Ici, vous trouverez le simulateur des solutions politiques d’énergies en Louisiane.